Sherlock 21st Century

Forum RPG inspiré par la série Sherlock de la BBC
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Warning ! Red Whirlwind ! [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Madison Lewis

avatar

•Messages : 4
•Arrivé(e) le... : 08/05/2012
•Fiche : [url=LIEN DE LA FICHE]BLAH[/url]
•Thème : [url=LIEN]BLAH[/url]

MessageSujet: Warning ! Red Whirlwind ! [Terminée]   Mar 8 Mai - 11:56

Must be so boring in that little head of yours !


Nom : Lewis
Prénom(s) : Madison Leah Grace
Sexe : Féminin
Date et lieu de naissance : 25 Novembre 1984 à Londres
Groupe : Scotland Yard
Grade (pour Scotland Yard) : Agent de la Police des Moeurs
Ft Florence Welch


Physique
Ce qui frappe le plus chez Madison, c'est sa crinière. En véritable rousse qui s'assume, la jeune femme fait tout pour entretenir sa chevelure flamboyante et est prête à la défendre coûte que coûte. C'est quoi, ces stupides blagues sur les rousses ? Elle les porte souvent lâchés, sauf lorsqu'elle se concentre, et joue avec les bouclettes qui encadrent son visage. Elle a une frange contre laquelle elle peste souvent pour son incapacité à rester parfaitement droite, et la longueur du tout ne dépasse pas le haut de son dos.

La couleur vive de ses cheveux fait ressortir le vert-gris de ses yeux, une teinte plutôt triste si on la considère à part, mais pleine de vie sur le visage de Madison, car son regard est toujours expressif. Son visage, d'une forme dure et carrée, n'en est que plus adoucit, car il est vrai que sa mâchoire est plutôt imposante. Cependant, son sourire illumine le tout, et quel sourire ! Ce n'est pas le plus parfait, elle a refusé, étant plus jeune, de porter un appareil dentaire, ce qu'elle regrette maintenant. Pourtant, elle l'arbore la majorité de son temps.

D'une taille moyenne, elle se hausse souvent de jolis talons. Elle déteste ses hanches, qu'elle trouve disgracieuses, et ses mollets soi-disant trop gros. Elle essaye pourtant de se mettre en valeur avec des vêtements qu'elle choisis avec soin. Elle fait attention à son apparence et même si elle arbore son propre style, coloré et vif, elle essaye à ne pas faire de fautes de goût en accordant ce qu'elle met. Cette préférence pour l'excentricité lui vaut parfois quelques regards désapprobateurs, mais elle s'en fiche.

Elle n'a pas la peau percée, à peine une boucle d'oreille de chaque côté, cependant elle aime les tatouages et a une cage à oiseaux sur le majeur droit ainsi qu'un cœur et une hirondelle sur l'avant bras gauche. Concernant le maquillage, elle souligne régulièrement ses yeux d'un trait fin de khôl, sans vraiment insister, et colore souvent ses lèvres de rouge. Elle fait aussi attention aux bijoux qui la parent ; tantôt le plus simple possible, tantôt parée de milles breloques, mais sans jamais en faire trop.




Caractère
Une boule de feu ? Une tornade ? Que d'expressions pour désigner la jeune femme, et ce n'est pas peu dire. Dès son plus jeune âge, elle débordait d'énergie, et quoi de plus normal pour une enfant ? Beaucoup pensaient cependant que c'était trop. En effet, la rousse était des plus intrépides, et rien ne pouvait la faire tenir en place. On disait souvent qu'elle avait des vers aux fesses et peu de gens pouvaient la suivre. La chose ne s'est pas arrangée en grandissant, au plus grand malheur de son entourage. Certes, être aussi extravertie pouvait être bénéfique, mais il arrivait un stade où c'était à la limite du supportable.

Non seulement elle est intenable, mais elle est en plus de cela d'une curiosité maladive, et lorsqu'elle se met quelque chose en tête, elle ne lâche pas l'affaire. Bornée, elle va au devant des catastrophes, se mettant dans des situations parfois dangereuses. Cependant, elle n'est pas inconsciente non plus et sait se tirer d'un mauvais pas. Peut-être est-ce un peu du à la chance aussi... on ne le saura jamais vraiment. Elle n'en est pas moins intelligente et est une fille assez cultivée. On ne lui connait pas certaines connaissances qu'elle a pourtant acquises et étonne les gens. Oui, on oublie parfois qu'elle a aussi un cerveau ! Et elle s'en sert avec brio. Créative, elle a un goût prononcé pour l'art, ainsi que pour la comédie... De plus, c'est une fine observatrice.

Directe, elle en déroute plus d'un par sa franchise, mais elle n'aime pas les faux semblants, ce qui peut rebuter mais qui inspire une grande confiance en elle. Elle est d'ailleurs de très bonne compagnie si on apprécie son humour et sa rudesse de langage, car ses paroles peuvent parfois être vulgaires. Après tout, si ces mots existent, pourquoi les bannir ? Elle n'en reste pas moins un cœur tendre et est d'une énorme sensibilité. Attentive à ceux qu'elle aime, mais aussi bienveillante et affectueuse, elle sait être douce et est prête à donner un coup de main à ceux qui le demandent, ce qui est également le constat d'une trop grande confiance, peut-être un peu de naïveté aussi.

Elle s'attache facilement aux gens, mais n'est pas dupe et sait quand elle dérange. Ne la prenez pas pour une cruche, ou elle vous le rendra bien. Même si son caractère est naturellement joyeux et gentil, elle sait aussi sortir les griffes, alors ne défiez pas la tornade car ça risque de faire mal. Elle n'est pas violente à la base, mais sait où ça fait mal et n'hésite pas à frapper au moindre impact.

Son caractère pétillant en découle naturellement un esprit fêtard développé. Il faut que sa bouge, et elle aime entraîner ses proches dans des fêtes, à danser toute la nuit. Dormir, pour elle, c'est en option. Quelle perte de temps ! Un café corsé pour recharger la batterie et c'est repartit. Parallèlement, c'est une paresseuse invétérée. Une corvée à faire ? Elle se défile. En faire le moins possible pour un maximum d'effet, c'est son crédo, et si elle peut rester les pieds sous la table, c'est encore mieux ! Le minimum vital lui convient parfaitement. Et d'ailleurs, c'est peut-être pas plus mal, car la jeune femme a deux mains gauche. Heureusement, on lui pardonne facilement ses faux pas.


Ses relations :
Tout d'abord, dans sa vie, il y a sa mère. Annah Lewis, née Peterson, est la femme la plus tolérante au monde. Brune aux yeux noisette, elle n'a rien légué à sa fille pour ce qui est de son physique, mais sa joie de vivre et sa franchise ont été son héritage. Toutes deux sont complices, à la limite de la relation que l'on pourrait avoir entre amies plutôt qu'entre mère et fille. Cependant, depuis le décès de son mari, Annah a perdu un peu de cette joie de vivre qu'essaye de lui faire retrouver Madison. Rien ne sera plus pareil et à présent les deux femmes se voient moins, prenant des nouvelles l'une de l'autre de temps en temps seulement, des banalités. La petite fille a grandi et son indépendance l'a éloignée des jupons maternels. Pourtant, elle sait que quoi qu'il arrive, la veuve Lewis sera toujours là pour elle. D'autant plus qu'elle est sa fille unique !

L'endroit où elle rencontre le plus de gens est, bien entendu, son travail. C'est certain qu'en étant flic, on ne peut qu'avoir des relations ! Elle a déjà parlé par exemple avec Sally Donnovan, un agent tout à fait respectable et respectée sous peine d'être bien vite remis à sa place. Madison ne l'aime pas spécialement, elle la trouve trop strict et aurait bien envie de lui enlever le balais qu'elle a entre les fesses. Et un sourire lui déboîterait-il la mâchoire ? Non, vraiment, cette femme n'est pas portée dans le cœur de la jeune femme, et c'est réciproque. Elles ne se côtoient donc que professionnellement, et c'est très bien comme ça.

C'est ce qu'elle a en commun avec Garance Jenson, un officier de police qu'elle a rencontré une fois lors d'une enquête regroupant leurs deux sections. Elles ont en effet parlé du-dit balais dans les fesses de Donnovan pendant que l'agent faisait docilement son travail, et elles en ont bien rit. Leur relation s'arrêtait là jusqu'à ce qu'elles se rencontrent de nouveau, mais en civils cette fois. Elles ont discuté pendant quelques heures, se sont échangées leur numéro. Et puis un jour, alors que Madison avait quelque chose à demander à Garance d'urgence, elle ne put attendre que cette dernière reprenne du service. Elle fit une rapide recherche pour connaître son adresse et arriva bien vite à son domicile. Elle frappa, rien, des bruits étranges. Elle attendit, appela, demanda à une voisine si la jeune femme était là, ce que la vieille confirma. Madi entra, la porte était ouverte. Elle tomba sur un étrange spectacle : Garance, complètement shootée. Elle n'eut qu'un temps de réaction infime avant de s'occuper de l'officier qui était mal en point. Depuis, la miss Jenson évite soigneusement Madison, que ce soit au boulot ou au téléphone. Et elle ferme soigneusement sa porte !

Une autre connaissance qu'elle a rencontré grâce à son travail, c'est Nicolaï Petrouchevych, mais ce n'est pas ce que l'on appelle une "bonne connaissance". Elle l'a déjà vu, sait qui il est, mais elle n'a encore rien pour le prouver. Pourtant, coincer ce proxénète pourrait lui permettre de passer de grade assez rapidement. Elle était décidée à trouver un moyen, et elle réussira, parce que si elle ne supportait pas une chose, c'était avoir tort. Or, elle prouvera qu'elle a raison !

En dehors du travail, Madison n'a pas beaucoup de relations. Elle a eut un petit copain, qui l'a même demandée en mariage. Elle a refusé, le quittant proprement et lui expliquant que maintenant, sa carrière prenait le dessus sur leur couple. En fait... elle se demande maintenant si elle l'a réellement aimé ou si elle avait juste besoin de quelqu'un pour surmonter la perte de son père. Il n'empêche que maintenant, ils s'envoient des mails, s'appellent, pour faire bonne figure, mais ne se revoient plus, et Madison n'a pour l'instant pas envie de le remplacer.


Histoire
James Lewis et Annah Peterson se sont rencontrés au lycée. Ils n'avaient rien en commun, n'étaient même pas de la même année, ne se connaissaient pas. Rien ne les prédestinait à se rencontrer, et encore moins à avoir un enfant ensemble. Non, ils étaient même tout l'opposé l'un de l'autre. Lui, de première année et déjà populaire pour être le petit frère de Andrew Lewis, le terminal le plus craquant, et elle, la terminale la plus délaissée par ses camarades à cause de son appareil dentaire et de ses lunettes. Mais ça, c'était jusqu'au jour où il renversa malencontreusement une cruche entière d'eau sur elle. Il ne savait rien d'elle mais remarqua tout de suite ses yeux, qui n'avaient rien de vraiment spéciaux, mais qui étaient étrangement attractifs. On parlera plus tard d'un coup de foudre... Il s'excusa, bien entendu, et lui prêta même ses affaires de sport, propres c'est certain. Ils commencèrent à discuter, parce que voyez-vous, il était rare que quelqu'un soit si gentil avec Annah, et puis ils discutèrent tellement qu'ils se lièrent d'amitié, mais ce fut la fin de l'année pour Annah qui partit à l'université, en fac de droit.

Deux ans plus tard l'y rejoint James, qui ne savait pas qu'il allait y retrouver celle à qui il pensait depuis deux longues années. Elle avait beaucoup changé, était devenue une jolie jeune femme. Ils reparlèrent, leur amitié toujours là, mais il ne s'y arrêtèrent pas et ils sortirent ensemble au cours de l'année. Ils eurent leur diplôme de fin d'étude, à deux ans d'intervalle, et ils s'étaient même installés ensemble. James devint agent de police pour Scotland Yard, Annah continua ses études dans l'enseignement et devint professeure de droit à la place de celle qu'elle avait écouté plus jeune. Ils eurent bientôt respectivement 28 et 30 ans, mais vivaient seuls. Il ne manquait plus qu'un enfant pour combler leur bonheur, ce qui ne tarda pas à venir.

L'annonce d'un futur bébé dans la famille enchanta tout le monde, que ce soit les Peterson ou les Lewis ! Tous étaient ravis et impatients de voir le fruit de cet amour. Et James n'attendit pas plus longtemps pour demander sa bien aimée en mariage. L'évènement se passa en Août, sous un beau soleil, et la robe était splendide, joliment bombée par un ventre de future mère épanouie. La nouvelle madame Lewis accoucha le 25 Novembre qui suivit, en cette année 1984. Le sexe fut une surprise jusqu'à la dernière seconde, et les larmes de joie coulèrent lorsque la sage femme annonça «Félicitations madame, c'est une fille !». Et elle était en bonne santé ! On parla longtemps de cette petite touffe de cheveux roux flamboyants qui avait pointé le bout de son nez un jour bien pluvieux. Un rayon de soleil dans le gris des nuages d'automne. On lui donna le premier prénom de Madison, parce que c'était joli et mixte, ils l'ont choisis avant la naissance, le deuxième de Leah, parce que ça sonnait bien, et le troisième de Grace, pour la magnifique Grace Kelly.

Elle n'est pas née dans une famille très riche, bien au contraire. Les flics ne gagnent pas beaucoup, et sa mère arrêta d'enseigner le temps que la petite grandisse et aille à l'école. Pourtant, Madison, bien vite surnommée Madi, ne manqua de rien, et ses parents se serrèrent la ceinture pendant quelques temps afin de lui offrir le confort et l'aisance dont avait besoin un nourrisson, dans leur petit appartement de Londres.

La petite montra vite son caractère extraverti et incontrôlable, si bien qu'elle fit tourner en bourrique ses parents plus d'une fois, et récolta la monnaie de sa pièce aussi souvent ! Elle grandit dans l'amour et le respect de l'autre, et elle entra à l'école en même temps que les enfants de son âge. Son enfance fut tout à fait banale, sa mère reprit le travail, son père monta de grade, ils purent déménager dans un appartement plus confortable. Ce n'était pas encore le grand luxe mais au moins y avait-il de la place.

L'école a été une période explosive. La petite avait le droit de toute part au doux surnom de "Poil de Carotte". Cependant, fière de sa couleur de cheveux que personne d'autre n'avait, elle ne se laissait pas si facilement marcher sur les pieds et ses parents durent maintes fois se rendre dans le bureau de la directrice pour aller récupérer leur petite. Heureusement, l'âge lui donna de la sagesse, et elle finit par ignorer ses camarades, se fit même des amis, la plupart des garçons, aussi intrépides et curieux qu'elle. Elle ne côtoyait pas beaucoup les filles, toutes si prudes et mielleuses, à se chercher des poux pour rien. Mais elle était tiraillée entre les enfants du même sexe qu'elle, où la violence avait rarement sa place, et ceux du sexe opposé, qui n'étaient pas occupés par de belles robes et de beaux nœuds dans les cheveux. Elle ne choisit pas et allait de l'un à l'autre. C'est ainsi qu'elle apprit à s'attacher à tout le monde, sans pour autant avoir de véritable ami.

Elle quitta le primaire sans lien à briser et atteint le secondaire avec joie. Elle avait 11 ans, et elle s'inscrit au club de théâtre de l'établissement. Très vite, elle prit goût à la comédie, et son professeur l'encouragea à continuer. Là encore, elle ne s'attacha à personne de particulier, riant avec tout le monde à la fois. Et personne ne voulait tisser de lien d'amitié avec une boule de feu comme elle. Elle n'en soufra pas. Elle se voyait déjà actrice, partir aux Etats-Unis pour tourner dans des grands films d'Hollywood, un rêve d'enfant assez classique en somme, qui faisait rire ses parents. Son avenir était tout tracé : elle irait d'abord dans une école artistique, puis elle contacterait des producteurs, passerait des casting, et elle sera rapidement la nouvelle étoile montante du monde du cinéma !

Si tout était si simple ! Car elle entra bien à l'école artistique, dans la section théâtre. Oui, elle faisait enfin quelque chose qu'elle aimait ! Seulement elle ne devait pas simplement apprendre son texte et jouer, non. Elle devait travailler aussi, et il se trouvait que Madison n'était pas des plus travailleuses. Et si seulement son diplôme pouvait venir à elle tout seul ! Elle préféra faire la fête avec ses copains que réviser les cours d'éloquence et autres choses barbantes comme l'histoire des arts. Son manque d'assiduité lui revint en plein visage et, à 19 ans, malgré un réel talent dans le domaine reconnu par son professeur d'expression artistique, elle échoua aux examens et se retrouva sans diplôme. Elle ne fit rien pendant deux ans, en s'occupant grâce à des petits boulots comme aller promener le chien des voisins, ce qui lui valait un billet. Elle ne trouvait rien de fameux.

C'est lorsqu'elle eut 21 ans que son père la proposa comme secrétaire à son boulot. La vieille Mira avait pris sa retraite, et rien qu'à son prénom, on sentait qu'elle devait être vraiment âgée. En effet, à presque 75 ans, elle avait fait son temps. Elle ne pouvait même plus rester debout très longtemps. Madison ne la rencontra jamais, mais elle ne la remerciera jamais d'avoir été aussi vieille. Elle s'est vite fait au poste, puisqu'elle n'avait en somme rien d'exceptionnel à faire. Elle observa surtout ce qui se passait autour de son bureau, et autour de la machine à café, ainsi que partout ailleurs, puisqu'elle était rarement assise dans son fauteuil. Il fallait qu'elle bouge ! Et puis elle finit par vouloir être à la place de ces agents qui ne s'ennuyaient jamais et qui distribuaient la justice à tour de bras, comme des héros. Au moins mettait-elle de l'ambiance au bureau ! Avec son salaire, elle réussit même à trouver un petit studio pas trop loin du bureau, histoire d'avoir son indépendance.

Et puis il y eut le 5 décembre 2003... Cette date restera à jamais gravée dans la mémoire de la famille Lewis. Il faisait froid, le ciel promettait de la neige pour le milieu du mois, et la course aux cadeaux de Noël commençait à rythmer les rues de Londres. Les décorations étaient de sortie, c'était gai et les chants de Noël résonnaient déjà. Mais il y eut ce braquage de banque, une bande de jeunes avait décidé de se servir directement dans les coffres, ces idiots. La police fut vite prévenue, les voitures filèrent dans les rues, gyrophares allumés. Tout se passa en douceur, au début. On les interpella, ils sortirent de l'établissement, cagoules sur la tête, les mains en l'air. Et puis James et deux collègues entrèrent dans la banque, histoire de voir s'il ne restait personne. Trois coups. Trois hommes à terre. Deux flics et un gars, la tête masquée. L'ambulance fut prévenue, mais elle arriva trop tard, l'un des agents était mort, s'en était fini pour lui. Les deux autres s'en sortaient avec de légères blessures, quelques points de suture et on n'y verrait rien.

Le téléphone sonna chez les Lewis, mais personne ne répondit, madame travaillait. Et pendant ce temps, l'équipe rentrait au bercaille, affligés par la perte d'un collègue si aimé. Madison fut la première de la famille au courant, puisqu'elle était là. On lui donna sa semaine. Elle ne rentra pas chez elle mais alla attendre sa mère à l'appartement familiale, complètement anéantie. S'en suivit de longs moments de pleurs, la mère dans les bras de la fille et inversement. Leur bulle de bonheur explosait.

L'enterrement eu lieu quelques jours après, sous les premiers flocons. Il ne neigea pas beaucoup, à peine une fine couche. Le lendemain, la décision de Madison fut prise. Elle alla d'un pas décidé au bureau et posa sa démission. Elle se proposa comme agent. Elle n'avait aucun diplôme, aucune formation, mais elle était prête à apprendre, et elle avait eu un bon maître. On lui fit passer un examen, qu'elle releva avec brio. Elle fut prise un peu avant les vacances de Noël, un Noël qu'elle passa au boulot pour ne pas penser à son père. Elle rencontra un charmant jeune homme, Jimmy, alors qu'elle essayait d'oublier le meurtre de son père en soirée, bouteille à la main. Un mois plus tard, ils étaient officiellement ensemble.

Il se trouva que Madison était une bonne flic. Enfin, elle faisait bien son travail, en tout cas. Elle obéissait aux ordres, même si elle ne pouvait empêcher quelques bourdes. Ça faisait marrer plutôt qu'autre chose. Deux ans et demi passèrent à la vitesse de la lumière. Madison s'était installée avec Jimmy, mais à vrai dire ils ne se voyaient pas tellement, elle en tant que flic, lui en tant que gardien de nuit dans un musée, ils ne se voyaient que rarement, et c'était pour dormir ! Mais ça ne suffit pas au jeune homme pour renoncer et, en Mai 2010, il fit sa demande en mariage. Madison refusa, et d'une pierre deux coups elle rompit avec lui et dormit plusieurs nuits au bureau avant de trouver un appartement. Elle venait de changer de secteur, et elle tenait à cœur celui qu'elle venait de rejoindre : la police des Moeurs. Elle se découvrit un féminisme à rude épreuve lorsqu'elle se mit sur sa première affaire de proxénétisme. Et maintenant qu'elle était partie, on ne l'arrêterait plus.




TEST DE RP
Madison se servit un énième café, vidant la cafetière de tout son contenu. Sans même ajouter de sucre ni même de lait, elle en avala plusieurs gorgées avant de préparer une autre série de cafés. La rouquine était droguée à la caféine. C'est du moins ce que disaient certains collègues en tout cas. Que ce soit chez elle ou au boulot, elle buvait ce liquide noir à l'état brut comme du petit lait. Ce n'était pas faute d'avoir essayé de s'arrêter, plusieurs fois elle en eut marre qu'on lui dise que c'était mauvais pour sa santé et, après avoir plusieurs fois insulté tous ses chers camarades, elle avait remplacé son café par de l'eau aromatisée aux plantes, que l'on nommait thé... Elle n'avait pas tenu le coup, le goût était trop atroce, trop doux. Et comme par malheur, alors qu'elle arrêtait, elle devenait insupportable !

Avez-vous déjà vu un fumeur compulsif privé de son bâtonnet de tabac ? Il devient tout à coup un homme-orchestre incontrôlable, à faire du bruit avec n'importe quoi ; il tape du pied, secoue tout ce qu'il trouve sous la main, essaye d'occuper sa bouche en produisant toutes sortes de sons atroces... et le moindre mot maladroit vous vaut une esclandre. Madison, c'était le cas similaire. Sa pause café, c'était son moment de détente, son petit plaisir, un décompresseur. Chimiquement, son cas est bien étrange, le café ayant un rôle d'habitude excitant. Pour elle, c'était tout le contraire, et maintenant que tous le savaient, pour leur propre bien, ils ne lui conseillaient plus d'arrêter. Et de toute manière, elle ne les aurait plus écouté !

Une fois la machine en route, Madison, tasse à la main, se dirigea vers son salon et s'installa en tailleur sur la chaise en face de son ordinateur portable. Elle l'ouvrit, entra son mot de passe et alla naviguer sur Le Réseau, où elle chercha le profil de Nicolaï Petrouchevych. Elle s'adossa à sa chaise, la tasse encore fumante entre les deux mains, et fixa la photo qui lui était présentée. Le gus avait l'air d'un homme très respectable, et le faisait croire à tout le monde avec brio ! Rien ne pouvait le trahir, il était immaculé comme la neige... un peu trop même. La jeune femme savait qu'il n'était pas la blanche colombe qu'il laisse croire. Non, elle sentait qu'il y avait une embrouille. Il était trop clean, et elle aimerait bien trouver des preuves contre lui.

Malheureusement pour elle, les preuves manquaient et ce n'était pas avec uniquement les convictions d'une flic excentrique que l'on coffrait un mac, elle le savait. Elle savait aussi que sa proie ne se laissera pas enfermer si facilement. Pourtant, elle était têtue, et encore plus que tenace, la miss Lewis aimait prouver qu'elle avait raison. La tâche se révélait juste un peu plus difficile que ce qu'elle imaginait au premier abord.

Elle fut interrompue dans ses réflexions par son téléphone qui laissa échapper une musique entraînante : "Moves like Jagger" d'Adam Levine. Ce n'était pas le boulot, et Madi' était prête à parier que c'était sa mère. Elle s'empara du mobile et sourit en regardant l'appelant. Elle décrocha.


- Oui maman ?
- Allo ma puce, c'est ta mère !
- Je sais maman, ton nom est écrit sur le téléphone.


Annah Lewis n'avait jamais été très douée avec la technologie, et elle appelait d'ailleurs sa fille pour le moindre problème informatique, ce qui amusait beaucoup cette dernière. Mais cette fois, elle savait pourquoi elle appelait, et c'était beaucoup moins drôle.

- Tu viens toujours manger à la maison demain ?
- Oui, mais je te préviens si j'ai un contre-temps.


L'an précédent, elle n'avait pas pu assister à l'anniversaire de son père avec sa mère, qui organisait toujours un repas malgré la chaise vide... Elle avait eu une urgence au travail et ne pouvait pas se défiler. De toute façon, ç'avait été un soulagement ; elle trouvait ça étrange de fêter l'anniversaire d'un mort qui ne pouvait plus souffler ses bougies, mais elle savait combien c'était important pour sa mère.

La mère et la fille discutèrent un peu, prirent des nouvelles de l'autre, puis raccrochèrent. Madison referma son ordinateur et termina sa tasse de café d'une gorgée. Elle ouvrit les lourds rideaux qui dissimulaient l'appartement des rayons du soleil. Aujourd'hui, il faisait beau. Pourtant, il n'était que huit heures du matin. Elle n'avait pas beaucoup dormi cette nuit encore, carburant la veille au soir à la bière avec un inconnu qu'elle avait abandonné au bar vers minuit, puis au café à partir de deux heures du matin. Elle n'aimait pas l'état de sommeil, avait l'impression d'avaler de précieuses heures à se reposer alors qu'il y avait tellement de choses à vivre. A quoi bon se contenter de fermer les yeux et gâcher des heures précieuses ? Elle avait profité de la nuit pour faire un peu de sport, puis quelques recherches sur Internet, s'était informée de ce qu'il se passait dans le monde.

Elle trouvait toujours quelque chose à faire, son travail lui donnait assez d'occupations pour la tenir éveillée toute la nuit. Parfois même elle ne revenait chez elle que pour prendre une douche. Cependant, elle trouvait toujours un peu de temps pour lire un ou deux chapitres de roman qu'elle piochait au hasard à la médiathèque qui était installée sur le chemin qui la menait de chez elle au bureau.

Madison lava sa tasse et la posa sur le bord de l'évier avant d'enfiler de jolis escarpins verts accordés à son pantalon et un trench coat rouge. Elle noua la ceinture à sa taille et s'empara de son sac, une sorte de sacoche en tissu rouge également qu'elle portait à l'épaule et qui contenait tous ses papiers. Elle finit par prendre sa clé USB, qu'elle glissa dans sa poche de manteau avant de partir sans oublier de fermer sa porte à clé.

Elle se dirigea vers Scotland Yard d'un pas sautillant, le sourire aux lèvres, comme tous les jours. Elle répendait sur son passage une odeur de café mélangée à celle de pèche. Elle était de bonne humeur, comme toujours. Elle s'arrêta dans une boulangerie, dans laquelle elle faisait toujours une halte. La vendeuse lui parla un peu du beau temps, "une bénédiction", avant de lui servir son croissant et son gobelet de café, comme chaque jour. Madison la paya puis repartit. La boulangerie était une belle femme, souriante et d'une extrême gentillesse, et la rousse se demandait toujours comment cela se faisait qu'elle n'avait pas de petit ami. Et comme la réponse ne lui venait jamais, elle supposait que, comme elle, elle se concentrait sur son travail.

Et, comme d'habitude, elle allait arriver au bureau un peu en retard, allait saluer ses collègues et allait s'installer sur sa chaise, manger son croissant, boire son café. Pour enfin se mettre au travail en ouvrant des dossiers, un à un, de femmes vendues à des hommes, d'hommes vendeurs de femmes ou de consommateurs.



Pseudo : LittleSlug
Âge : 18 ans
Comment avez-vous connu le forum : Grâce à Garance, future membre également
Code dans le règlement : Vu par le Doc
Autre chose à ajouter ? Je serais très peu présente pendant la semaine étant interne mais je serais là un maximum de temps le week-end et pendant les vacances !! Et j'espère ne pas vous décevoir en incarnant Madison, puisque c'est un Poste Vacant.






Dernière édition par Madison Lewis le Sam 12 Mai - 16:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John H. Watson
Admin | Dr. Estrangeloved
Admin | Dr. Estrangeloved
avatar

•Messages : 524
•Né(é) le... : 29/07/1975
•Arrivé(e) le... : 19/09/2010
•Âge : 43
•Réside à... : 221B Baker Street
•Fiche : The man in the crowd
•Thème : I'm not your boyfriend !

ID.
☂ Profession: Docteur
☂ Casier Judiciaire:
☂ Rumeurs:

MessageSujet: Re: Warning ! Red Whirlwind ! [Terminée]   Mer 9 Mai - 13:08

Bienvenue sur le forum et courage pour le reste de ta fiche
Pas de soucis pour terminer ta fiche, comme tu as pu le constater, le forum tourne un peu au ralenti en ce moment ^^

_________________

How to win an argument when you're Martin Freeman? Solution here:
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mooselikejensen.fr
Kristen A. Markham
Criminel | Le monde est un grand bal où chacun est masqué
Criminel | Le monde est un grand bal où chacun est masqué
avatar

•Messages : 29
•Arrivé(e) le... : 20/12/2011
•Réside à... : Londres
•Fiche : Jolie petite voleuse
•Thème : [url=LIEN]BLAH[/url]

ID.
☂ Profession: Organisatrice de vols en tout genre
☂ Casier Judiciaire:
☂ Rumeurs:

MessageSujet: Re: Warning ! Red Whirlwind ! [Terminée]   Mer 9 Mai - 16:20

Ah une Madison ! Bienvenue sur le forum =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madison Lewis

avatar

•Messages : 4
•Arrivé(e) le... : 08/05/2012
•Fiche : [url=LIEN DE LA FICHE]BLAH[/url]
•Thème : [url=LIEN]BLAH[/url]

MessageSujet: Re: Warning ! Red Whirlwind ! [Terminée]   Sam 12 Mai - 16:04

Merci tous les deux !! Je viens de finir la fiche cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John H. Watson
Admin | Dr. Estrangeloved
Admin | Dr. Estrangeloved
avatar

•Messages : 524
•Né(é) le... : 29/07/1975
•Arrivé(e) le... : 19/09/2010
•Âge : 43
•Réside à... : 221B Baker Street
•Fiche : The man in the crowd
•Thème : I'm not your boyfriend !

ID.
☂ Profession: Docteur
☂ Casier Judiciaire:
☂ Rumeurs:

MessageSujet: Re: Warning ! Red Whirlwind ! [Terminée]   Dim 13 Mai - 11:09

Bonjour,
juste pour t'avertir, il s'agit d'un des PV de Sherlock,
je te demande donc d'attendre qu'il vienne voir ta fiche ^^

_________________

How to win an argument when you're Martin Freeman? Solution here:
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mooselikejensen.fr
Madison Lewis

avatar

•Messages : 4
•Arrivé(e) le... : 08/05/2012
•Fiche : [url=LIEN DE LA FICHE]BLAH[/url]
•Thème : [url=LIEN]BLAH[/url]

MessageSujet: Re: Warning ! Red Whirlwind ! [Terminée]   Dim 13 Mai - 14:08

Pas de soucis j'attends =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madison Lewis

avatar

•Messages : 4
•Arrivé(e) le... : 08/05/2012
•Fiche : [url=LIEN DE LA FICHE]BLAH[/url]
•Thème : [url=LIEN]BLAH[/url]

MessageSujet: Re: Warning ! Red Whirlwind ! [Terminée]   Lun 28 Mai - 16:03

Euh... Juste pour demander si ma fiche n'a pas été oubliée... Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Warning ! Red Whirlwind ! [Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Warning ! Red Whirlwind ! [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sherlock 21st Century :: Entrer dans la peau du personnage :: Formulaires d'inscription-